FBUGABOO

 

Hongre Trotteur

Arrivé()e au Refuge le : 04/01/2007 .

Date de naissance : 08/01/2003

 

 

BUGABOO

Toujours les trotteurs !

Parce qu’il me semble en toute conscience que accomplir notre devoir est d’être près des équidés qui souffrent (et plus particulièrement ceux qui sont, abandonnés par tous : ces chevaux que le monde oublie et s’éloigne, ceux qui se retrouvent aux portes de l’abattoir à la merci des bouchers) nous nous sommes rendus aux abattoirs d’Anderlecht le 3 janvier 2007.

 

Comme toujours est au rendez-vous tout le triste spectacle des chevaux rassemblés et promis aux tueries face à la pseudo respectabilité des maquignons et bouchers avec leur impitoyable dureté ces hommes sans scrupules qui ne font aucune différence entre la vie d’un cheval et un paquet de billets d’euros. La soif de l’argent éteint ici tous les sentiments de ceux qui envisagent froidement de faire assassiner tous ces chevaux, toutes ces vies jeunes ou âgées sans se pencher une seule fois sur les conditions douloureuses d’existence antérieure de ces victimes.

Beaucoup de chevaux nerveux sont apeurés et fort agités sentant la fin s’approcher d’heure en heure, d’autres exténués , désabusés se résignent à leur sort. Toutes ces proies se rendent compte qu’en cet endroit sinistre passent tous les défauts des hommes : cruauté, égoïsme, hargne, couardise, imposture, arrogance, , mépris, écrasement des plus faibles, avidité, mercantilisme etc... etc invariablement tout ce qui est bas se reconnaît dans les visages graves de ces personnages qui lorgnent uniquement le gain.

 

Un jeune trotteur de 4 ans se tapit au creux d'un autre cheval comme pour se cacher de la vue des chevillards. A le voir là, on comprend mieux l’inanité de nos efforts à croire à la bonté humaine chez les exploitants de chevaux. Comme cela arrive souvent avec les trotteurs : ce jeune cheval entier, très gentil a fait le tour de bien des personnes. Cela se voit à son état et aussi à son comportement. Ces chevaux de petite taille fort endurant servent pendant un temps puis passent auprès d’un autre individu qui après les avoir utilisés s’en débarrasseront aussi vite jusqu’au jour où ils croiseront les couteaux de boucherie...

 

Nous avons décidé d’empêcher que l’on détruise la vie de ce jeune et très attachant cheval que nous avons nommé

«Bugaboo». Chez nous , il pourra vivre sans qu’on le force à travailler.... nous aurons beaucoup à lui offrir...

Ce marché aux chevaux fait penser à une grande foire pleine d’esclaves qui appellent désespérément, qui supplient les visiteurs de les emmener, de leur sauver la vie. A Anderlecht, viennent s’échouer par grosses vagues successives les illusions et les espérances de combien de chevaux. Hélas leur sort se joue loin des regards amicaux...

 

M. B .

Extrait du livre 100 CHEVAUX SUR L'HERBE : Un Refuge formidable pour les Equidés sauvés de l'abattoir